Carnet de voyage

France, famille, amis et mécanique

Par
Dernière étape postée il y a 13 jours
Par Cargol
Covid, derniers préparatifs, premiers départs...
Mars 2020
28 semaines
Partager ce carnet de voyage
Publié le 27 septembre 2020

Le parcours, les lieux de bivouacs en France, 1929 km en France, (800 Cargol + 1100 moto)

Publié le 7 octobre 2020

Le retour du Maroc fut étonnant mais ce qui nous attendait en France le fut encore plus. A l’origine, un mois de prévu en France pour finaliser notre départ, mais le Covid est là et le satané confinement suit quelques jours après. Facteur 4 et des poussières, d’un mois nous passons à un peu plus de 4 mois avant que Cargol ne reprenne sa route. On ne peut pas dire que le confinement nous fut désagréable : squat de luxe chez Minette (Franck's Maman) où il a fallu lutter contre les kilos éventuels face aux bons petits plats. Rapprochement familial inattendu avant une longue séparation, ça a du bon aussi ! Mettre à profit ce temps là pour investir dans de l’immobilier pour arriver à vivre sur la route, ce fut également possible malgré les restrictions.

Tri des photos pour alléger Cargol, c'est la galère !
Tri des photos pour alléger Cargol, c'est la galère !

Mais la bougeotte est là, même si l'on ne peut pas trop rouler avec Cargol, fallait que ça bouge ! Go donc pour aller faire un petit tour de France avec le barrage illusoire des 100 km. Roulage parfois nocturne, par les petites routes, nous nous sentons un peu hors la loi, mais libres. Famille et Amis vers la Bretagne et la Normandie, instants de vie chaleureux et fraternels.

Chef Stéphane
Chef Stéphane
Slurp les moules !
Slurp les moules !
Sandrine
Sandrine
Claudine yeh !
Claudine yeh !
les amis nordistes ! 

Nous aurions aimé passé voir d'autres personnes mais le déconfinement approche et il serait temps de partir, depuis le temps !

Cargol confiné sur ces 4 roues pendant plus de 3 mois, les petites améliorations prévues n’ont pas pu avancées. Routes ouvertes, Go to Gimont chez notre Ours fétiche pour quelques finitions bois et la table transformeur en lit d’ami. A vous de venir tester !

Début de l'opération soute
Début de l'opération soute

Comme quoi, lors d’une réalisation ou d’un choix, il est toujours de bon aloi (Maître Capello sort de ce corps !) de faire des tests, le Maroc avait mis à l’épreuve non seulement mes capacités de contorsionniste, mais aussi mon corps musclé d’athlète quand il était question d'aller chercher quelque chose dans la soute (quasi tous les jours !). En plus donc de l’accès principal (inaccessible si motos accrochées) et du petit accès intérieur, il nous fallait donc pratiquer une ouverture supplémentaire dans la coquille de Cargol. Go donc pour cette opération chirurgicale indispensable dans l’Aveyron, voir Yann le maître Magirus et transformateur de camions - cf historique de Cargol. Au passage, nous en profitons également pour changer émetteur et récepteur d’embrayage, pièces trouvées au pays-bas et livrées en moins de 24h au fin fond de l’Aveyron. Heureusement ce n’était pas la Poste qui effectuait la livraison car la factrice refuse souvent de livrer ce coin perdu, car perte de temps et laisse le colis en instance à la poste (si si véridique). Mais les nordistes eux savent travailler (vous comprendrez ces 4 mots lancés comme ça un peu plus tard…).

Nouvelle ouverture pour la soute, le top du pratique ! 
Réflexion sur le concept Toilettes sèches

Bon on est prêt là ? Presque. Retour à Castelsarrasin pour profiter une nouvelle fois d’Alain et de Véro et c’est parti pour ranger, trier, jeter, donner, organiser et… Tétris. Début juillet, cool on y va !

On y va… oui mais… entrée de Toulouse, Paf le pneu, éclaté, un de plus. Manque de bol le reste du pneu vrille vers l’intérieur et pince un tuyau métallique d’arrivée du liquide de frein… pas bon. Et une 10aine de jours de plus pour trouver la pièce qui va bien et réparer. Patience.

le casse-tête ! 

Partant vers Montpellier rejoindre Jérôme et Nathalie, nous décidons pour gagner quelques jours de faire envoyer 3 pneus sur place. Fini les vieux pneus cause d’éclatements que nous avions encore.

KM
0
KM
0
Publié le 28 septembre 2020
1er bivouac, vers Trèbes 

Montpellier : une semaine de prévue, facteur 4, au final 4 semaines. Au moins on profite de la famille et ça c’est du bonheur ! 22 jours, c’est le temps passé entre la commande des pneus, partir de Michelin centre France, arrivés à Lyon et livrés à domicile proche de Montpellier. Je vous passe les détails de l’histoire mais Allo-Pneus furent des cancres complets sur le coup. Pour nous faire patienter, Jérôme décèle une faiblesse dans les pipes d’échappement de Cargol qui a terme nous aurait posé problèmes. Je trouve ça sur le net en Allemagne, 5 jours pour arriver, c’est le nord. Le carton d’envoi ne présente pas d’anomalies mais en ouvrant, une des pipes est cassée (Moralité ? je vous laisse la trouver). Nous décidons de tenter une réparation, trouver un soudeur qualifié, mais celui-ci nous fait un travail d’* (de soudeur non qualifié bien sûr), faire resurfacer la pièce… on remonte mais la pièce n’est pas d’une grande qualité et la bride casse. La scoumoune continue vous trouvez pas ?

Les bons apéros de Nath ! A la vôtre Nath et Jérôme !
Sommières by night
La pipe cassée à l'ouverture du carton
et paf la bride de merde !
3 pneus, 3 semaines !
un clown qui fait rire les enfants

Nous partons avec notre pipe avec bride cassée direction Istres Famille Muriel et son amie de longue date Danielle, cela devrait tenir le temps de commander une autre pipe. Je trouve un autre fournisseur allemand, qualitatif cette fois mais celle-ci ne pourra être fabriquée que début septembre. Patience devrait être un verbe qui se conjugue à tous les temps. Muriel se rappelle alors le bon vieux temps (du temps où elle avait 20 ans). "J’avais des amis sur Istres, des passionnés d’auto et de rallye, chaudronnier-soudeur aussi de métier". Danielle est resté en contact avec eux, tip top !

Fabrication d'une nouvelle bride

Une superbe rencontre nous attendait donc encore. La famille Tinel, tous passionnés et passionnants. Quant on voit ce qu’ils retapent de A à Z comme véhicules, il nous est évident de confier la réparation de la bride à Guy, 74 ans. Il me dégote une bride de conduit pétrolier et il sort sont attirail de meuleuse et de soudure pour me la transformer en bride spécial Cargol, garantie à vie celle-là ! Fabrication des joints, remontage du tout et roule ma poule !

la pipe découpée, remontée, sa bride et les nouveaux joints
la bride garantie à vie


Coutures pressions moustiquaires latérales
Vu !
Quand Cargol fait office d'échafaudage ! 

Nous n’en partirons que le dimanche suivant, dernier dimanche du mois, où Guy et son association "Le Rétromobile club du Golfe de Fos" se réunissent. Superbes véhicules en tout genre ou bien sûr Cargol fait l’attraction générale. Nous y faisons notre départ officiel avec speech au micro et tutti li quanti !

avec Guy le spécialiste
no comment !
Laurent et véro, ça touche aussi moto
On croyait avoir tout vu, que du bonheur !
 Rencontre avec Rétro Fos
KM
1565
KM
1565
Publié le 28 septembre 2020

30 août, un vrai départ pour nous ! Avant la frontière italienne, nous passons trop proche de certaines connaissances chères à nos coeurs, s’y arrêter, même succinctement est une évidence. Guy et Clo sur Apt et Marie Larouge, sa famille et ses amies sur Chabottes, voilà encore une bonne occasion de bien manger, soupe au pistou maison et spécialités du Champsaur, de quoi se mettre en forme avant d’attaquer des légumes sur la route qui nous attend.

Apt Michel et Clo
Le pistou, le pistou !
Spécialités du Champsaur
Y'a du génépi là-dedans !
une copine à petit nono !
les beaufs en attente

Evidemment le 1er septembre nous tombons sur l’arrivée de l’étape du Tour de France à Orcières Merlette et toute la vallée cul de sac est bloquée. Qu’à cela ne tiennent nous allons profiter des vélos que nous adorons ! Lassé d’attendre la caravane plus d’une heure, alors que l’on nous dit que Cochonou était déjà passé, nous en repartons… pour les voir arriver quelques minutes après mais trop loin nous étions déjà. Nul, nous avons même pas pu jouer les gros beaufs. Heureusement une autre séance beauf nous attendait plus bas. A la base de Loisirs locale, nous retrouvons Marie et son amie, dans un champ où avait peint un vélo. Nous enfilons tous casquette et tee-shirt maillot à pois récupérés en attendant la caravane. Reste plus qu’à attendre les hélicos et faire semblant de pédaler allonger dans l’herbe. Vu de haut cela devait ressembler à des amanites tue-mouche dans un pré et en plein vent ! Tout cela sans doute pour rien car personne nous a vu à la télé, les caméramans d’hélico étant sans doute trop occupé à filmer cet endroit crucial de la course du jour.

les amanites tue-mouches 

Frontière italienne ? Cause covid du moment, formulaire obligatoire et simpliste à remplir. Nous empruntons la bonne nationale Briançon - Turin, poste français quasi désert et poste italien, ben y’en a pas. Pourquoi donc les politiques et technocrates s’évertuent-ils à pondre des procédures s’il n’ont pas les moyens de les faire appliquer ! France 1, Italie 1.

Italie nous voilà !

L'Italie approche, y' a du monde au balcon !