Bulgarie

Les pieds dans l'eau chaude, dans la terre ou dans le sable, une vision inattendue de ce pays
Du 1 au 22 avril 2021
22 jours

Cliquez ici pour le parcours (1005 km avec Cargol dont 32 de pistes, 159 en Msx, 360 en train et 40 en stop !), nos points d'intérêts en Bulgarie, bonnes adresses, lieux de bivouacs

Pays précédent : Macédoine, Pays suivant : Turquie

KM
7700

Test PCR en poche, nous partons la fleur au volant vers la frontière bulgare (tu te vois arriver avec un fusil à une frontière, non mais !), tout content de se dire que nous allions camper à des bains d'eaux chaude, à 30 km juste après la frontière.

La frontière se passe simplement et nous nous arrêtons 200m après celle-ci à une borne-guichet, pour acheter une vignette donnant l'autorisation de conduire en Bulgarie. Là, un douanier revient vers nous en marchant et me re-demande les passeports, puis retourne à son poste frontière. Je vous fais court ce qui aura durer 3/4 d'heure, mais nous voilà obligés de faire demi-tour car en plus du test PCR, il nous faut voir un docteur des frontières (!?!). Nous aurions mieux fait de zapper la vignette, ils se l'auraient coller... où ils veulent ! Ben le docteur, y'en a pas à cette frontière, trop facile ! Il n'y en a qu'un pour aller en Bulgarie... au nord ! Et nous nous sommes où ? ben au sud bien sûr ! Verdict : 200km de plus côté Macédoine et 200 km de l'autre côté en sens inverse pour se retrouver à 30 km du point de départ ! C'est bon pour la planète non ? (surtout avec Cargol, pouarf !) Et nous vous le donnons dans le mille : le docteur, là-haut dans sa frontière, il était en super-combinaison anti nucléaire avec un masque de l'espace, sans gant pour prendre nos tests PCR papier, qu'il a regardé en 2 secondes, puis arraché la dernière qu'il conserve précieusement sur sa pile, qui a d'ailleurs déjà été brûlé au moment où tu lis ces lignes ! La connerie humaine n'a parfois que peu de limites ! ☹️

Et la vignette dans tout ça... Le sketch ! En préambule, il faut savoir que tu trouves un peu partout sur les routes des portiques automatiques, qui lisent ta plaque et analyse la morphologie de ton véhicule, quand ce ne sont pas les flics qui vérifient. Si tu n'es pas enregistré, tu prends un belle amende !

La borne guichet automatique, même en anglais, j'arrive pas à la faire marcher. Un douanier vient à ma rescousse, et en mode Bulgare, il n'y arrive pas non plus, mdr ! "Va un peu plus loin, il y'a un guichet humanoïde." ... "Bonjour, je voudrais une vignette pour un camping car < à 12,5 T." "Vous allez où ?" "Ben nous allons là, puis là, dormons par là, puis irons là..." "Ah ben vous pouvez pas rouler sur ces routes..." "Ah bon et comment fais-t-on pour aller là-bas alors ?" "A ben vous n'avez droit qu'aux autoroutes. En voiture pas de soucis mais pour un véhicule de tourisme < 12,5 T, tu peux pas". "Et si l'on veut aller dormir à l'hôtel ou ailleurs ?" "Ah ben vous pouvez-pas" ... Il est presque 20h, tu as faim, tu t'es tapé 200km de trop, tu rentres en Europe, et là y'a un ulurberlu dans sa cahute que tu te demandes où est la caméra cachée tellement tout est aberrant ! En plus nous sommes le 1er avril !

Ne pas s'énerver, ne pas... (au passage je calme un allemand avec sa femme et 2 gosses qui étaient passés juste derrière nous et dans la même situation). Tu abandonnes la tète de l'autre pour aller respirer un bon coup et réfléchir. Tu reviens voir le douanier qui reste interloqué devant tant de bêtises. Nous allons ensemble revoir l'uluberlu. Même discours, le douanier n'en revient pas ! Je propose alors au guichetier de venir avec nous voir son homologue automatique pour essayer de trouver une solution. 15mn après nous repartons avec un bout de papier et 2€ de moins, nous permettant au moins d'aller un peu plus loin, mais sans avoir pour autant de réponses à ces stupidités !

Le lendemain, nous demandons à 3 policiers différents le fonctionnement de cette vignette. Je vous le donne dans le mille : 3 avis ! Un te dis même "prends une vignette voiture, c'est pas grave" "Et l'amende que tu peux prendre c'est pas grave non plus ? ... ... Finalement je trouve une pseudo solution sur un site de paiement en ligne qui consistera à payer pour telle ou telle route empruntée, mais à chaque fois tu passes (virtuellement) par une frontière (???) et là tu as ton sésame, à condition de ne pas dévier de route.

Le système est récent (2 ans) mis à jour et modifié l'année dernière et les "véhicules motorhome" entre 3,5 et 12,5 T ben ça marche pas, ce n'est pas trop prévu en fait quand tu es en touriste ! Pour les voitures c'est beaucoup plus simple, tu payes suivant la durée souhaitée et tu as droit à toutes les routes. Et les portiques dans tout ça... tu passes dessous et tu fais ta prière !

Bienvenue en Bulgarie, ca promet ! 🤔

KM
8060

Sur notre retour vers les eaux sulfureuses du sud (souvenez-vous le tout petit détour de 400 km imposés par ces put* de fuc*¨de chiot* de 1000 milliards de bachibouzouck de sabords de douaniers), une petite halte vers un incontournable bulgare : le monastère de Rila.

Barrage avant ré-ouverture de la route et interview
Barrage avant ré-ouverture de la route et interview

Coincé dans la montagne au fond d'une vallée, nous avons sur la route une première angoisse. "Merde la scoumoune nous poursuit ou quoi ? Flics, caméras, un peu de monde... Késako que ce barrage routier au détour d'un virage ? Que se passe-t-il ici monsieur l'agent ?" "La route est coupée depuis 4 mois, ils font une inspection et elle ouvrira sans doute dans une heure" Ah ben finalement on aura peut-être de la chance. Le lieu est tellement connu que les journalistes sont là pour la ré-ouverture de la route. Belle aubaine pour eux, nous représentons les premiers touristes de l'année, de plus avec un bahut original et en période de covid. Ils se ruent sur nous... c'est parti pour une interview qui passera sur 2 chaines nationales et une radio. Cargol la star version 1 !

Après une très grosse heure d'attente, Cargol et ses bons 10T teste au passage la solidité de la route renforcée et nous voilà enfin arrivé dans ce lieux... magique ! Seule partie inférieure et l'église se visite, les étages étant réservés aux moines toujours présents, hébergements et partage des repas possibles.

Superbes fresques, originales de surcroît 

Rassurez-vous, non convertis, nous continuons notre route...

KM
8200

"Rupite", au sud-ouest de la Bulgarie, à 30 km de la frontière sud avec la Macédoine, nous y voilà enfin ! 🤪 Le lieu n'a pas le côté paradisiaque des sources albanaises de Permët, mais le terrain reste sympa et convivial. L'eau chaude sort à 70°, puis circule par de petits canaux en terre vers des bassins. Les personnes présentes se chargent de modifier les entrées - sorties des bassins avec des chiffons régulant ainsi la température (trop froid, tu enlèves un chiffon). Pas question donc d'aller tremper un zeste de doigt vers le premier bassin, la température extérieure oscillant entre 10 et 15°, il suffit de regarder les bassins qui fument pour choisir sa baignoire ! En plus y'a qu'à se servir de la terre locale, argile verte, pour se badigeonner et se transformer en E.T. bulgare ! (désolé y'a pas de photos...)

Ca bouillonne à la sortie de la source ! 
Une gentille famille de Burgas nous amène une bonne salade !

Le covid ne traversant pas la peau, nous nous baignons allègrement sans combinaison intégrale. Présence sur le terrain d'une dizaine de camping car bulgare, essentiellement des familles qui sont là pour le week-end. Les bulgares sont conviviaux et fort sympathiques, ça change de certains douaniers ou d'un distributeur débile de vignette.

Depuis le temps, nous prenons enfin un bain ! Je vous vois venir... Non notre odeur n'a fait fuir personne en arrivant sur les lieux 😉

Chaud chaud chaud, y'a du choix
Le petit canal et ses chiffons
Froid à gauche
Là ça fume pas, c'est pas assez chaud
On ne s'en lasse pas ! 

Pas loin de là, un joli village... Melnik. Ils appellent ça un "village modèle". Ça vaut le détour mais ne croyez pas que les villages sont ainsi en Bulgarie (nous verrons plus loin dans une récit la décrépitude de certains). A grand coup de subventions sans doute, les rénovations sont superbes. Cela à l'avantage de montrer l'ancien habitat Ottoman. Une fois les boutiques à touristes dépassées, tu as presque l'impression que la suite du village n'a plus aucun intérêt. En continuant notre chemin, le village devient beaucoup plus charmant avec de nombreuses bâtisses rénovées, des rues en terre et quelques commerces de la vie quotidienne. Comme quoi en fouillant un peu...

Melnik, village Ottoman 
KM
8411

Rassasiés d'eaux chaudes et de gommages à l'argile local, nous refilons plein est à travers les montagnes. Le temps n'est pas très sympa mais ils nous annoncent une demie-journée d'éclaircies (la seule de la semaine) qui sera propice aux yeux de l'aigle. Pas trop de temps à perdre donc, si ce n'est pour se dégourdir les gambettes dans un chemin de gorges. Le chemin capotera dans l'eau au bout de 20 mn, donc marche arrière, car vouloir traverser par d'autres moyens témoignerait d'une envie stupide de vouloir subitement achever là le trip. Vous remarquerez sur les photos que nous sommes bien couverts, ça pèle un peu, il a neigé cette nuit 200m plus haut 🤭

Impossible d'aller plus loin, entretien très moyen ou crue récente semble avoir tout cassé 

En route vers les Yeux de l'Aigle... Merci Monsieur météo de nous avoir bien prédit cette superbe éclaircie, la technologie ça peut avoir du bon... Objectif donc le rond rouge sur la photo ci-dessous...

les yeux de l'aigle en vue 

Nous aurions pu y monter à pied par un superbe sentier mais l'heure tardive et la timide éclaircie ne s'y prêter pas. Tout les prétextes sont bons 🤣 ! Nous y monterons en moto... Oups les villageois d'en bas nous disent : en moto ? ça passe pas ! En 4x4, on peut vous monter là-haut mais c'est juste. Nous avions déjà entendu ce discours en Albanie et c'était passé ! Honneur, amour propre... tout ça quoi, faut aller voir ! Quelques minutes plus tard, demi-tour après 100m au début du chemin. Non ça ne passera pas. Une pente type montée impossible, pleine de monstrueuses ornières qui partent dans tous les sens, une terre type glaise détrempée que quand tu marches dedans ça fait schtruung schtruung ventouse à laisser la godasse coincée dedans, et le chemin qui fait 4 bons km... Pouarf... Tu te demandes même comment un engin sur 4 roues peut passer dans ce truc de bargeots ! Nous revenons donc au village la soupape entre les jambes, aboule le 4x4, on y va, on veut voir ça !

C'est donc un Steyr Daimler Puch (un engin notamment utilisé par quelques corps d'armées) qui nous trimbale et nous secoue dans tous les sens. C'est juste, mais ça passe, mené de main de maître par le local qui connaît parfaitement son outil et le terrain. Il faudra quand même pas loin d'une demi-heure pour faire les 4 km...

Expérience 4x4 en terrain difficile 

Arrivés en haut, le spectacle est à la hauteur... même un peu trop pour les assujettis au vertige. Le Bibouille lui il y va les yeux fermés, à tâtons et ne jette un oeil que furtivement. Plutôt oisillon qu'aigle royal le type ! Laloute est à son aise, comme sur un petit plongeoir de piscine privé !

Dans le style, il existe beaucoup plus impressionnant dans le monde mais c'eût été dommage de passer à côté sans regarder plus haut.

KM
8632

Workaway... Késako diront certains ? Pour nous, c'est une façon d'aller à la rencontre des personnes qui vivent sur place, en partageant quelques heures par jour une partie de leur quotidien, en apportant une aide sur des projets ou sur des besoins divers. En échange, l'hôte contribue à ton hébergement et à ta nourriture. Il existe des milliers d'hôtes à travers le monde, dans tous les pays (un des plus gros sites : Workaway). Le seul bémol à priori, c'est le taux de réponse... Les hôtes postent gratuitement leurs souhaits de recevoir quelqu'un mais quand tu leur écris pour venir chez eux, 1 sur cinq répond positivement ou négativement d'ailleurs. Le monde est ainsi fait, bizarre.

Pour notre part donc, nous avions (entre autre) choisi Rémy (👩‍🦰) et Paul (🙎‍♂️), étrangers d'origine (Pays bas et GB), installés dans la campagne avec animaux et potagers, et dont le métier principal est artiste, spécialisés dans la sculpture sur sable. Un brin d'originalité dans ce monde de brutus !

Bon l'approche du village en destination finale fût difficile... Découverte de la campagne profonde bulgare... Les 10 derniers km quasiment 1h ! Une route, non une piste, défoncée. Où va-t-on ? ... Ouf enfin le village, nous sommes à 1 km de l'arrivée... p'tain de passage sous voie ferrée 3m20 max ! 😡 Après vérif laser et tout et tout (si si Cargol est hyper technologique) 3m35 réél... Cargol, de ses 3m50 de haut, nous dit Niet Marcel ! Nous mettrons plus d'une heure en étant secoués comme des pruneaux bien fourrés, pour faire un grand tour et arriver chez nos hôtes. Faut dire que parfois les routes sur la carte ressemblent aussi à la 2ème photo ci-dessous... terrible ! (nous l'apprendrons plus tard, fallait arriver de l'autre côté, c'était moins pire même si cela faisait un gros détour...).

et merde, 3m20 qu'il dit le type !
sur google map, c'est une rue...
Dur dur d'arriver à destination 

La prise de contact avec nos hôtes est conviviale et sympathique, tout comme les 2 moutons et Dave le cochon qui réagissent et agissent comme des animaux domestiques ! Ceux-là vont pas passer à la casserole, tant pis !

Qui l'eût crû ? Un copain cochon !
Caresser le ventre d'un cochon ou manger ces entrailles, that is the question...
Sacrés bestiaux quand même !
Détente originale !
Mon petit copain gigot !
Vas-y que je te pousse pour avoir des caresses !
Les nouveaux copains bulgares ! 

Rémy est très conviviale, pleine d'entrain, nous brieffe rapidement sur le "boulot" que nous ferons durant notre séjour : Plantations de graines de courges et betteraves, mises sous serre (demi-bidon bouteille plastique) et paillage de carton et d'herbe coupé à la main, plantation de lierre pour verdir une haie naturelle, répandre des gravillons dans le chemin. Cela faisait longtemps que l'on avait pas mis les mains dans la graisse à Cargol, alors les mettre un peu dans la terre, ça fait du bien !

A la recherche de cartons pour le paillage à l'épicerie à 20 à pied...
en plein effort !
Miam des légumes !
Poussera, poussera pas ? 15 jours plus tard, ça pousse !
Le chemin d'accès à gravilloner
Notre labeur-participation, quelques heures tranquilou ! 

Le village où nous sommes est isolé dans sa campagne mais pas totalement du reste du monde car situé sur une voie de chemin de fer importante pour la Bulgarie. Plusieurs trains par jour s'arrêtent par ici. La proximité de 2 villes importantes (Plovdiv et Stara Zagora à moins de 80 km chacune) ont attirés tous les jeunes. De 2000 habitants il ya quelques décennies, il n'en reste plus que 200. L'art de la construction bulgare n'ayant pas de normes et donnant plutôt dans le style château de paille, les murs du collège et du lycée ne soutiennent plus que partiellement le toit. Les maisons qui n'ont pas trop trouvé de preneur s'effondrent à tout va. La quantité de maisons abandonnées et délabrées est impressionnante.

L'ancienne école
Maisons et ancienne école 

Beaucoup de celles qui sont encore occupées témoignent de la qualité -3* des bâtis, notamment au niveau des fondations... Si tu es bourré, ne t'accroche pas à la clôture de ton voisin, car il risque de te retrouver en train de dormir dans son jardin !

Non il n'y a pas eu de tremblement de terre par ici ! 

Pour clore le côté tristounet, la tradition veut que la mémoire d'un mort soit affichée à l'entrée de la maison, sans doute jusqu'à ce que son affiche tombe naturellement. S'agissant d'un village plutôt 3ème âge, il y a du monde qui se bouscule au portillon...

Mémoire aux anciens... tradition bulgare 

De l'espoir... quelques maisons sont déjà rénovés, l'église orthodoxe affiche clairement sa couleur. Rémy notre artiste a entrepris de décorer le village (sur la photo l'épicerie, seul commerce du village à persister). Une coopérative agricole importante gère les immenses champs voisins. Si c'est comme en Europe, avec en plus le télétravail qui est en poupe, les petits villages de campagne vont se re-peuplez. Si vous voulez investir, c'est le moment, maison et immense terrain pour quelques milliers d'euros 😉. Et il y a de l'espoir, il y a même eu un mariage récemment reprenant avec flambeaux une grande ferme familiale !

L'église orthodoxe, récemment rénovée
Une maison à vendre, mais le numéro s'efface... Négociation facile...
Un mur tout neuf ! Bon la rue pas encore...
Le mur extérieur de l'épicerie locale aura sa fresque
C'est qui la rose ?
Remy, n'est pas qu'artiste de sable ! 

et localement de la convivialité !

En cuisine évidemment !

Pains, houmous, petits gâteaux, gelée de pissenlits, beignets de pissenlits... Les papilles ne se laissent pas abattrent !

Cookies party !
Gelée de pissenlits
Beignets de pissenlits

Avec des amis !

La Hook Family au grand complet ! Connus au Maroc l'année dernière, en transit en Bulgarie, ils nous font la joie de venir jusqu'à nous pendant 24h ! Leur chaine sympa sur Youtube par ici

Et avec des voisins !

L'avantage d'un workaway est que tu peux également être amené à connaître d'autres personnes, comme ci-dessous à la grande ferme voisine (chez les jeunes mariés)...

J'vais te faire un slurp !
Thé ou café à la ferme du coin
De passage à la ferme voisine 

Où chez Boiko et Dagmar (lui Bulgare et elle Tchèque) à qui nous rendons visite une première fois, puis qui organise pour nous une Bbq party ! Celle-ci commencera à 14h, pour finir tard dans la nuit ! Ambiance festive bulgare, encore des souvenirs impérissables de personnes adorables !

Ca commence à 14h...
Boiko
Dagmar
Boiko et LaLoute
Et ça finit tard dans la soirée ;-) !
Bbq party et soirée chez Boiko 

Si tu nous laisses un petit commentaire sympa sur cette étape (bouton "Commenter cette étape" un chouia plus bas), tu recevras une photo culte par mail ou whatsapp si nous avons ton numéro !

................

Et là nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

KM
9030

Les pieds dans le sable

Le souci actuel de Remy et Paul, c'est qu'ils sont privés de ressources financières avec l'annulation des festivals internationaux, et ce n'est pas le gouvernement bulgare qui va faire quelque chose pour eux. Ils ont donc décidé de passer quelques week-ends à Burgas, à 200 km de là, sur les bords de la mer noire et réaliser des sculptures pour récupérer quelques sous dans un chapeau. Belle aubaine pour nous, se mettre dans la peau d'un sculpteur sur sable ! 😛 Nous nous contenterons durant 4 jours d'apporter les seaux d'eau pour travailler le sable, discuter avec les locaux très nombreux qui donnent beaucoup, beaucoup... Rien à voir avec nos petits châteaux, le travail réalisé est waouah, de vrais vrais artistes, qui sont réellement passionnés et dont la plus belle des récompenses reste le sourire et les yeux qui pétillent des autres. Les détails sont superbes, leur site, c'est par là. Laloute s'essaye à ce jeu avec un dauphin et un chat... Les photos parlent d'elles-mêmes 😉.

Moi aussi je sais faire !
Rigolez pas c'est un chat ! Même que des personnes le prendront en photo !
Eléphant qui veut des caresses et "Baba Vanga" 


Le visage que vous avez vu ci-dessus est une icône en Bulgarie et les pays de "l'ex-bloc communiste". Il s'agit de Baba Vanga, voyante - prophète du 20° siècle, devenue aveugle à l'âge de 12 ans suite à une tempête de sable.

Une toute petite mésaventure lors de notre retour de Burgas : pour plus de simplicité, nous avions opter pour le train. Sur notre trajet un changement. Le contrôleur passe nous voir pour nous annoncer que le prochain arrêt sera dans 5 mn pour notre changement. Suivant le trajet sur le GPS, effectivement une ligne venant du nord croise cette gare. Confiance donc... En descendant du train, il nous confirme bien qu'il va arriver dans quelques minutes, ce qui colle avec les horaires. 5, 10, 20mn passent, là y'a un blème ! Gagné ! ou plutôt perdu, perdu dans une gare isolé, en pleine campagne. L'autochtone et unique employé de cette gare ne parle que le bulgare, mais nous arrivons à comprendre que le contrôleur s'est trompé. La bonne station, c'était la suivante, à 10 km, Sympa ! Et le prochain train qui nous va bien dans plus de 3h. Bon allez zou, on va pas rester planter là, filons en auto-stop ! Assez rapide finalement, une grosse heure pour faire 40 km en 4 voitures. Comme quoi 2 petits vieux en bord de route, cela attire la compassion 😉.

Escapades en ville...

Quand même un petit mot sur les grandes villes Bulgares que nous avons traversés. Rien d'extraordinaire certes, bien aérées avec de nombreux parc, modernes sans être affublées d'immeubles futuristes, sans m'as-tu vu, pas spécialement bruyantes ou encombrées par une circulation incontrôlée. Cela semble simple et sans doute agréable à vivre.

Burgas, au bord de la mer noire est surprenante. Pour une fois l'être humain n'a pas bétonné le front de mer : la grande plage s'étend sur 2 km, bordée par une promenade et un large parc. Bref tu es en bord de mer, à 5mn de la ville mais sans la voir. Original et sympathique !

Plovdiv, 2ème ville de Bulgarie après la capitale Sofia, serait la plus ancienne ville d'Europe (des vestiges de plus de 4000 ans y ont été découverts et des ruines romaines sont encore très présentes en plein centre de la ville (théatre, stade...). De nos jours, elle est surtout intéressante par son vieux quartier historique et ses maisons ottomanes, qui ont su résistées aux affronts du temps.

Maisons ottomanes du vieux Plovdiv 

Bon allez, il est temps de passer en Turquie, paraît que cela va être un choc...

Si tu nous laisses un petit commentaire sympa sur cette étape (bouton "Commenter cette étape" un chouia plus bas), tu recevras une photo culte par mail ou whatsapp si nous avons ton numéro !

................

Et là nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Macédoine, Pays suivant : Turquie