× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas

Carnet de voyage

Albanie

6 étapes
10 commentaires
Encore un pays qui mérite d’être découvert de l’intérieur !
Du 15 février au 29 mars 2021
43 jours
Partager ce carnet de voyage
KM
5760

Traversée rapide mais insolite du Monténégro

Sans savoir le pourquoi du comment, nous profitons d’une fenêtre ouverte de 5 jours seulement sans test PCR aux postes frontières du Monténégro. Bien chanceux sur ce coup ! Tu fais quoi à notre place ? tu te dépêches de boucler tes bricolages et tu files vite à la frontière le dernier jour de cette ouverture. Bon le jour où nous arrivons est un Vendredi, interdiction de circuler le week-end inter-villes et tempête attendue avec de la neige, même sur la côte. Vents de folie avec des rafales à près de 100km. Trouver un abri pour Cargol le samedi matin devient la priorité. Alors que la neige tombe bon train à l’horizontale, nous trouvons ce refuge dans un petit quartier résidentiel d’un petit village. Intrigué de voir arriver quasiment devant la porte de chez lui un tel engin dans cette tempête, un papy Monténégrin à la bonne bouille nous approche. 1 mn après, nous sommes dans son cabanon de jardin à boire le schnaps avec lui à 10h du matin ! L’anglais est quasi inexistant, traducteur google et signes font bons ménages ! 2 jours bloqués donc sur place avec échanges fréquents avec la famille de papy et cadeaux en veux-tu en voilà : bouteilles de vins locaux, fruits du jardin…

Un phénomène rare paraît-il... ouais ben pas pour nous !
Un phénomène rare paraît-il... ouais ben pas pour nous !
Super nono est déjà bourré !
Super nono est déjà bourré !

Shkodra et son lac

Suite au passage de cette tempête, nous déboulons juste après la frontière dans la région de Shkodra et de son immense lac (nous avons déjà parlé du lac ici quand nous étions de l’autre côté au Monténgro). La tempête a laissé d’énormes traces ou plutôt en a effacé un paquet puisque le lac non artificiel déborde tout azimut, inondant certaines maisons.

Les images diffusées par les Croates et les Monténégrins sur les Albanais sont plutôt négatives : "Tu vas voir, là-bas tu reviens au moyen âge". Certes on croise rapidement sur la route des carrioles menées par un cheval ou un bourricot mais aussi des Mercedes en veux-tu en voilà. Quant on connait l’histoire du pays, on comprend mieux, mais nous aurons l’occasion d’en reparler juste après.

Les moutons pour nettoyer le cimétière
Les moutons pour nettoyer le cimétière
Vas-t-on voir une locomotive à vapeur ?
Vas-t-on voir une locomotive à vapeur ?
route innondée, on se débrouille
route innondée, on se débrouille

1ère tâche urgente : trouver une carte SIM + un distributeur de billets dans cette ville importante ne s’avère pas facile. La signalisation étant très sommaire, à mon insu j’emprunte allègrement une petite rue en sens interdit. Ici apparement les gens ni prête guère attention, c’est monnaie courante sans doute. Cette priorité étant effectuée et la nuit tombant nous devons vite trouver notre bivouac. Celui prévu est inaccessible car inondé. A 6 km plus au nord se trouve un camping isolé et proche du lac qui ne rouvre qu’en Avril. Peut-être pourrons nous y stationner à l’entrée et profiter d’une vue sur le lac et les montagnes… Grand bien nous en a pris ! Le portail est effectivement fermé mais une gente dame l’ouvre et me tend un téléphone. Quelques mots échangés et nous sommes invités à pénétrer dans le camping (bien inondé lui aussi). Nous pouvons y stationner gratuitement le temps que l’on veut, avec accès aux toilettes et wifi. What else ? 2 heures plus tard, la gente dame (qui s’avère être la femme du gardien qui dort dans une caravane taudis sur le parking) et sa fille nous apporte… un repas complet avec un demi litre de raki ! (le schnaps local) Bienvenue en Albanie, ça commence fort !

à l'arrivée
2 jours plus tard
Le camping Lake Shkodra Resort en mode hivernage et innondé 

Shkodra, rien de bien intéressant, la ville a été fortement détruite par un tremblement de terre voilà plus de 40 ans, et les années communiste + béton ont fait leur boulot ensuite. D’ailleurs, de mauvaise qualité, des bouts de béton en façade ou balcon tombent, laissant apparaître les ferrailles. Pas beau pas beau… Par contre l’accueil albanais reste très présent, rien qu’avec ta gueule de touriste, des personnes t’accostent juste pour te demander si tu as besoin de quelque chose et si tu aimes l’Albanie.

un petit truc original
Dans ce pays des mosquée côtoient les églises orthodoxes
1er repas albanais, c'est gras et très salé
Ville de Shkodra et lac


2 objectifs dans cette région du nord de l’Albanie : prendre un ferry dans les profondeurs de l’Albanie sur un immense lac-fyord (Komani lake), et aller dans les Alpes Albanaises au village de Teth. On nous informe que la route principale pour aller à ce village est fermée et ne sera pas ouverte avant 2 mois (trop de neige). Pas top. Une seule route possible, 70 km de pistes forestières, un très bon 4x4 met 5 à 6h. "Vous ne pourrez jamais passer avec vos petites motos, gros camion non plus". Nous prenons les paris mais pour un peu plus tard car les prévisions météos ne sont pas bonnes.

Allons d’abord faire un tour du côté du ferry ! Cherchant un lieu pour stationner quelques jours, descendre les motos pour aller faire le ferry puis Teth, nous nous arrêtons au bar restaurant "Ledi’s Place". Quand nous disons quelques jours, c’était 2 à 3 jours… nous y resterons plus de 15 jours. Le lieu dominant le lac est superbe, l’ambiance un peu chalet de montagne est chaleureuse, les saucisses pendouillent devant la cheminée de la salle et cerise sur le gateau c’est une famille avec enfants de 7 à 17 ans, parents et grand-mère qui sont là pour nous accueillir à bras ouverts. Le courant passe vite, le raki et les bières aussi ! Le cuisinier est jeune mais talentueux et nous en profitons le soir même.

Bois pierre terrasse lac..
Le jeune cuisiner s'éclate dans les présentations
J'vous jure que ça dans une cheminée, c'est dur de résister !
oh le petit Cargol
Ledi's place ! 
Prek le frère pécheur

Pour couronner l’entrée en matière, à 2h du matin j’embarque sur le bateau du frère, "Prek" de son prénom, pour aller relever les filets sur le lac. Vie ma vie ! Respect Prek, tu as une belle vie mais vraiment pas facile. Quelques petits poissons et quelques truites (pas de saumon ce jour là) et nous voilà partis en compagnie de son frère (Sokol - le patron) en voiture le matin à 50km à Shkodra pour les vendre, via son réseau personnel sur les bords d’un boulevard. Evidemment, tout cela est ponctué par quelques arrêts divers forts conviviaux, raki oblige ;-) L’accueil Albanias continue à battre son plein et l’immersion est immédiate.

Fais pas chaud mais les poissons sont là !
La barque 4*
Sokol le Patron (à gauche)
Un arrêt dans un marché sauvage
Un arrêt chez un pompiste
Polo vient faire le plein de son vélo
Sokol dans l'épicerie de bord de route
Vies locales 

Elle sera même totale le soir suivant avec l’arrivée de clients au restaurant (qui sont plutôt 90% amis et 10% client). Nous les verrons souvent durant notre séjour. Tous sont contents de voir des étrangers et c’est un bon prétexte pour faire la fête, boire, danser, chanter. Nous ne sommes guère plus de 10 personnes, famille incluse, mais la fête bât son plein. L’un deux est des forces spéciales albanaises et c’est tout naturellement qu’il sort son arme de service, ouvre la fenêtre et tire plusieurs coups. Tu veux essayer ? Allez hop Muriel va tirer ton coup ! Pan - Pan, Pan pan ! Ils iront chercher aussi un fusil à pompe pour tirer quelques coups. Plaisir de faire entendre dans la vallée que l’on a des armes, c’est monnaie courante en Albanie du nord. Comme ils te disent "Ici nous sommes chez nous, et quand tu es chez toi, c’est toi le roi et tu fais ce que tu veux !"

Soirée Albanaise, ça vit ! 

................

Et là nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Monténégro, étape précédente : Pause Covid et Améliorations

KM
5892

Comme dit un peu plus haut, nous voulions aller prendre le frais dans les hauteurs, ce que l'on appelle les Alpes Albanaises. Région très peu peuplée car difficilement accessible, un tourisme tout juste naissant. Ici pas de stations de ski aux mégas infrastructures, juste de l'authenticité. Bon météo, grouille toi de devenir plus clémente !

Theth

Nous avons hâte de faire mentir tous les locaux et leur montrer que nos petites motos sont capables d'atteindre Theth, village perdu dont la route fait si peur...

Nous voilà donc parti... le 1er jour, nous nous contentons d'aller voir la route fermée et bloquée par la neige. Celle-ci n'ouvrira pas avant deux mois, 6 mètres de neige paraît-il la-haut ! Et la route ne culmine qu'à seulement 1700m d'altitude ! Quand on vous dit que le climat est particulier et les montagnes bizarres par ici, c'est pas pour rien ! Par le climat et les paysages, 1700m correspond aux Alpes françaises à 3000m. Si si ! Et pourtant si proche de la mer ! A 1250m, nous rebrousserons chemin, nous avons vu la neige de près, c'est ce que nous voulions... Une petite boucle pour s'échauffer.

Nono irait bien chopper une truite là-dedans !
Ne pas glisser, ne pas glisser... 

Le 2ème jour, nous partons pour aller chercher l'autre voie d'accès de Theth, le chemin forestier dont les supers 4x4 locaux mettent 5 à 6h pour faire les 70 km ! Nous démarrons un peu tard cette piste, en tout début d'après-midi. Des cailloux, des cailloux, des ornières, parfois de la boue, la progression est lente. Nous progressons petit à petit en altitude, nous sommes sur un versant sud et ne trouvons qu'un peu de neige au sommet de cette piste à 1200m. La descente par le versant nord avec de la forêt nous fait un peu peur, tout comme la distance qu'il reste à faire et la nuit qui approche dans une bonne heure.

Nous montons, nous montons...
Badaboum !
Ca a l'air simple...
On the way... 

Les bras sont déjà douloureux et nous n'avons pas encore fait la moitié du chemin. Faire demi-tour et s'avouer vaincu ? Non, au pire nous dormirons dehors, sans duvet... Nous attaquons la descente vers la vallée de Teth. Une fois en bas, la piste remontera pour suivre la rivière et la vallée, ce qui me semble, vu sur la carte, sans doute plus facile à gérer. Finalement dans cette descente, davantage de boue, d'ornières, mais pas de neige, ouf. Depuis le début nous essayons de faire quelques petites pauses. Les pauses s'intensifient et la nuit est là, nous ne sommes pas encore dans la vallée. Les lumières d'un 4x4 derrière nous se rapproche. Nous trouvons un petit coin pour le laisser passer. Il s'arrête à notre hauteur. Il parle anglais... "Bonjour, tout va bien, vous allez-vous ?" - "Nous allons sur Teth" - "Ah oui quand même ! Et vous allez chez quelqu'un, vous savez où dormir ?" - "Non pas encore" (sachant qu'il y a sur place quelques chambres d'hôtes, je me dit que de toute façon, nous frapperons aux portes, l'hospitalité albanaise fera le reste 😉) "Tout est fermé là-haut à Theth, nous ne sommes pas en saison, vous allez être les premiers touristes de l'année et les premiers depuis plus de 4 mois ! " - "Vous ne connaissez pas un endroit où l'on pourrait dormir ? (sous-entendu tu m'ouvres la porte de chez toi ?)" - "Je vais vous organiser votre arrivée, on se retrouve là-bas !" Echange des numéros de téléphone et ses lumières cahotantes dans la caillasse s'éloignent lentement. Nouvelle motivation, nous aurons sans doute même droit à un repas chaud.

Putain de caillasses !
Pause rivière
Pause point de vue
encore une petit pause
Vous ne saurez jamais comment a fini la traversée !
On the road...

La fin fût quand même techniquement assez terrible et éprouvante, Maloute ayant de plus en plus de mal par douleur à faire bouger ses doigts ou épaules (et dieu sait qu'en moto, ce sont des éléments importants !). Nous arrivons à Teth, en mode éreintés et tout crotteux, il est 20h et des grosses poussières, mais au fond de nous fiers de l'avoir fait. Une aventure sans grand risque mais où il fallut tirer dans ses réserves physiques et psychologiques. Nous sommes accueillis par une bonne soupe et un bon repas, le tout dans une pièce bien traditionnelle, avec le minimum nécessaire, et en son centre l'indispensable gazinière à bois. Nous sommes à la Ferme Auberge de la famille Harusha. Chauffage et eau chaude ont été allumé pour nous dans une chambre dortoir au 1er étage.

Nous prendrons une journée de repos bien méritée pour savourer cet endroit perdu ou seul une dizaine de famille subsiste en autonomie totale en plein hiver. Ambiance simple et très chaleureuse, Maman nous gâte à chaque repas de ces bons petits plats composées uniquement par ses produits faits maisons. L'accueil Albanais continue !

Auto-contrôle !
Les petits ont juste un jour
Rendez-moi ma maman !
Ferme auberge de la famille Harusha à Teth 

Pour le retour par le même chemin, nous souffrirons moins : d'une part nous partons tôt le matin, et d'autre part pas de peur de la nuit qui tombe ou l'inconnu de difficultés potentielles. Nous mettons 6 heures en mode tranquillou et rejoignons Cargol et Ledi's place pour la tombée de la nuit. Trop content de notre retour, une nouvelle fête nous y attends...

• • •

Komani Lake et son Ferry

Le ferry ne fonctionne que du mois d'Avril à Octobre. Merdouille de merdouille, cette information m'a échappée dans mes déambulations sur le web. Bon après tout si je l'avais su, nous ne serions jamais arrivés jusqu'à Ledi's place et cela aurait vraiment été dommage ! Vous savez que je suis têtu aussi, donc je vais trouver une solution. Avoir un bateau rien que pour nous pour aller vadrouiller dans le fjord coûte relativement cher. Au travers de l'application mobile "Travelers Map" (carte interactive de voyageurs), je trouve 4 personnes pour compléter un bateau et Sokol, notre adorable patron de Ledi's place nous trouve le bateau, via Mario Molla et son entreprise Komani lake Boat tour. Youpi, let's go !

Direction Shala River, un bras du lac aux eaux superbes, en petit comité, dans une grande barque avec musique locale et raki bien sûr ! Le niveau du lac ayant été abaissé quelques jours auparavant, nous ne pourrons trop nous enfoncer dans Shala River. Du coup, Mario nous convie à un brunch chez lui, dans sa maison natale sur les bords de la rivière. Superbe endroit, tout comme d'autres maisons parsemés par-ci par là, où vivent des familles en autonomie totale. Celles-ci n'ont pour seul moyen de communication et de transport que leur petit barque à moteur. Encore une bien belle journée, de belles rencontres et des souvenirs accumulés !

Le petit groupe au départ
Habitations du bord du lac
Yep Sokol !
Maison natale de Mario
Chez Mario
Merci Sokol !
Merci Sokol ! 

Une semaine de rab à Ledi's place

Nous vous l'avons dit plus haut, notre retour de Theth a été fêté dès le soir même... De toute façon tout est prétexte à faire la fête et même s'il n'y a pas de prétexte, ben faut faire la fête car c'est un jour exceptionnel vu qu'il n'y a pas de prétexte. Vous suivez là ? Nous plus trop... c'est peut-être le raki...

Ca rigole, ça chante, ça bouge, ça vie !
 Fin de soirée... dossiers !

Pas le temps de s'ennuyer donc, mais ne croyez pas que l'on dort toute la journée pour faire la fête le soir... On mange aussi ! ou sinon on papote, on part à la pêche, on participe à la vie locale quoi ! Nous sommes là pour ça !

Prek et sa Tigresse, qui nous fera des petits quelques jours après !
pas mal de porc dans cette région, on va pas s'en plaindre !
Ndue le cuisto nous fait son show !
ca part vite
Maria, adorable !
Beurek !
la légumineuse !
Prek en action
T'es pas bien là Prek !
Cookies party dans Cargol
Transplantation
Ici les fermes n'ont pas de barrières

Nous leurs filons également un coup de main en cuisine, derrière le bar ou en service ! Pas le temps de s'embêter !

LaLoute à la préparation en cuisine
Ce midi, y'a un max de monde, au boulot !
Nous devenons des employés clandestins pour filer un coup de main lors d'une grosse affluence 

Nous serions bien resté plus longtemps, mais le sud nous attend... Larmes à l'oeil...

................

Et là nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Monténégro, étape précédente : Pause Covid et Améliorations

KM
6518

Un petit tour en campagne

Dans tous les cas, où que l'on soit en Albanie, des hautes montagnes sont visibles. Le centre de l'Albanie, entre montagne et mer est plutôt colinéaire avec des petites plaines. Nous en profitons pour sortir les petites motos et faire un petit tour tranquilou dans la campagne, ça change des pistes défoncées...

Centre de l'Albanie et auto-école albanaise : elles sont toutes en Mercedes !

Bunkers... Un peu d'histoire en passant pour comprendre ce pays

Intérieur d'un bunker de Tirana

L'histoire à l'école ne nous intéressait guère, pour ne pas dire pas du tout... Nous avons pris quelques années dans le cornet et notre cerveau a heureusement quelque peu évolué, juste au moins pour comprendre le comment du pourquoi des situations d'aujourd'hui. L'histoire aide bien. Nous n'allons pas vous faire un cours universitaire pompeux sur l'Albanie, mais sachez juste que : • durant un siècle (le 20ème tout proche) ce pays est resté en guerre ou enfermé sur lui-même sous un régime de dictature, • pendant près de 50 ans (1945-1990), sous le régime du Dictateur Hoxha, les frontières furent fermées, camps d'internements ou de travaux forcés, tortures, écoutes, dénonciations... • dictateur communiste en relation avec la Russie, puis avec la Chine, puis fâché avec tous sauf avec lui même, • peur de l'étranger et d'une guerre atomique ou chimique, ...

En plus, ce "grand maître" qui ne voulait que du bien pour son pays et son peuple, a dû tomber amoureux de la fabrication du béton. Le nombre d'hectares de béton qu'il a dû faire couler à de pauvres forcenés doit être impressionnant. Cela se retrouve donc dans un nombre incroyable de bunkers, non à titre d'attaque ou de défense, mais à titre de protection civile, à destination des personnes oeuvrants pour le régime.

Celui-là a été partiellement sorti de terre avant son enlèvement probable

Imaginez-vous + de 170 000 bunkers (qui n’ont jamais servis) dans un pays 22 fois plus petit que la France et de surcroit extrêmement montagneux. Résultat des courses, vous en avez un peu partout, très visibles, dans des champs ou des jardins d’habitations. 90% d’entre eux étaient des bunkers pouvant accueillir 1 à 2 personnes seulement, de vrais petits champignons qui ont poussés partout. Paradoxalement, de nos jours, ils ont tendance à devenir un emblème touristique !

dans les champs
Le bunker a tendance a devenir un emblème touristique 
côté mer

Dans la folie de sa paranoïa et de ses relations russo-chinoise, un grand bunker sous-marin à double entrée fut également construit. Si vous passez dans ce coin, on peut approcher son entrée côté mer en prenant un chemin qui démarre côté baie. Délirant !

l'entrée côté baie
Ca donne des frissons ! 

Capitale qui abritait le pouvoir politique, Tirana a donc son lot de bunker mais en plus gros, en démesurément plus gros. C’est presque une ville creusée et bétonnée en deux points : BunkArt 2 en hyper centre et Bunkart 1 dans une colline (Pour ceux qui passerait par là, commencer par visiter le 2, cela permet de mieux comprendre l’histoire avant de se lancer dans le 1).

Entrée de BunkerArt 1 dans la nature
Entrée de BunkerArt 2 en hyper-centre
Les entrées des deux villes-bunkers-musées 
• • •

Tirana

Connaissant un peu mieux l'histoire du pays, nous comprenons également un peu mieux le visuel de cette capitale qui tente de renaître, et de rattraper son retard sur ces voisines depuis une 20aine d'années. Y'a du retard ! Mélange de vieux, de bétons et de modernisme qui commence à apparaître.

un vieux souk
un marché ouvert plus moderne
des anciennes boutiques
du très vieux côtoie du moins vieux
Modernisme en cours
Mosquée, église, vieux et moderne, tous ensemble
et évidemment des travaux, beaucoup de véhicules, des vieilleries, des bouchons
Patchwork de Tirana 

Deux derniers aspects de Tirana que l'on ne peut rater, mais pour lequel vous ne verrez pas de photos : Les Tiranaises, dès l'adolescence abusent ouvertement de la chirurgie esthétique sur le visage, notamment au niveau des lèvres. Phénomène de mode (extrêmement visible également à la télévision), nous avons croisés des centaines de ces lèvres en revers de pot de chambre, le tout souvent associé a du plastique moulant sur les jambes et des baskets flashy... no comment, deviendrait-on si vieux que ça ! 😀

Le deuxième aspect, vu lui aussi dans le nord (mais pas dans le sud), est le m'as-tu vu des bagnoles et particulièrement des Mercedes voire des Audis à des prix qui dépassent très largement les 50 000€. De plus elles sont conduites essentiellement par des jeunes. Intrigués nous avons eu 3 explications : 1) mafia de la drogue en Europe, j'ai la super bagnole mais souvent rien d'autre à côté - 2) Un membre de la famille a pu s'échapper de l'Albanie et faire sa vie à l'étranger. Il ramène alors un beau véhicule. 3) Je fais partie d'une famille riche ou du moins qui met le max de son fric dans la voiture. Il y a d'ailleurs sans aucun doute beaucoup plus de laveurs de voiture dans ce pays que de magasins d'alimentation... et autant de charettes tirées par un âne ou un cheval 😉 Contrastes garantis !

................

Et là, nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Monténégro, étape précédente : Pause Covid et Améliorations

KM
6606

Voilà 2 mois que nous sommes revenus sur la Croatie, que nous nous sommes bien imbibés de pluie ou de neige, que nous avons fait notre plein de montagne... Avoir la capacité de changer de paysage est un gros plus, Il nous tardait donc de revoir un peu la mer, en espérant retrouver un peu de douceur ! Ouais ben bof, nous avons eu de tout et vous le verrez, même de la neige encore 😀

Mais en attendant, mer nous voilà ! Nous descendrons au rythme cargolesque sur un peu plus des 3/4 des côtes Albanaises, soit un peu plus de 300km. La première partie, région de Durrës et Vlora est essentiellement composée d'immenses plages à perte de vue. Tu fais ton footing là-dedans ? Tu dos jamais en voir le bout. Mais que c'est bon de voir des km de sable et de mer sans âmes. Quelques projets immobiliers ou touristiques s'implantent mais cela reste vraiment totalement épisodique. Amateur de grands espaces, de naturisme, de solitude, ce coin d'Albanie est fait pour vous ! On y rencontrera même des vaches. Après le mouton de pré-salé, il existe peut-être la vache de mer ?

Herbe à chameau sur immense plage que seules les vaches viennent brouter
Une autre différente gigantesque plage

Coup de coeur pour la presqu'ile de Vlora qui est particulièrement sauvage et magnifique, monastère, superbe baie avec encore des vaches et des chèvres... Cargol est si petit sur la 3ème photo qu'on le voit à peine (sur la droite au pied des collines au fond de la baie).

Découpages...
un peu d'urbanisation
Cargol est là-dedans mais pas au milieu !
Superbe coin loin de toute urbanisation 
Début avril...

Passé Vlora, il faut juste franchir une petite chaine de montagne dont la route culmine à 1000m. La canicule de ces derniers jours nous a fait un beau cadeau : un épais et joli manteau blanc ! Contrastes saisissants et superbes. De l'autre côté, le paysage change, les montagnes se jettent dans la mer. Parsemée de criques sablonneuses ou caillouteuses, nous voilà dans la côte sud, nommée la riviera albanaise, en regard sans doute à notre riviera à nous. De jolis sites bien désertiques en cette saison... un peu tristounet quand même de voir tous les petits restaus et bars de plage qui semblent quasi abandonnés. On nous rassure, les locaux nous disent que tout va bientôt reprendre vie. Sauvages que nous sommes, cette atmosphère nous convient quand même !

850m d'altitude, neige et mer...
De très nombreuses petites ou grandes criques
Bientôt ça revivra...

Dans tous les cas, nous ne sommes pas malheureux avec nos bivouacs de bord de mer, confortablement installé dans notre notre salon avec vue à 180° ! Y'a pas peut-être pas les volets électriques toutotomatiks mais c'est royallissime !

Bivouacs en tout genre, mode tranquilou, il ne manque que de l'eau chaude ! 

Et cargol sur les routes dans tout ça... • "Ah ben tiens si nous passions par là ? Bon pas terrible en fait ce choix. Merdouille demi-tour ? Faut le reculer le bordelou de 10T" 😀 • "Ah ouf au bout de la ligne droite, on va retrouver le bitume après 10km de pistes toutes trouées. On voit le bitume... entre les deux un cht'i pont... P'tain qu'est-ce qu'ils sont allés foutre un énorme caillou barrière là-dessus. Bachibouzouk ! Passera ou passera pas ? Ouf à 2cm près c'est passé !" 😀 • "Tiens un bac local ! L'un dit oups, l'autre dit Mais non c'est ok... C'est passé !"

Tout va bien quoi ! 😀

vaut mieux pas croiser quelqu'un et beaucoup de trous qui font ch*¨
Après 10km de pistes, passera, passera pas ?
Même pas drôle, y'a plus de neige sur la route !
Demi-tour... Vas-y tire sur le volant !
A son aise tranquilou !
2 petites voitures, 2,5 T à tout péter
Le bas s'enfonce davantage mais no soucaï
Si Cargol passe, tu passes... 
Presqu'ile de Butrint, vestiges importants d'un passé glorieux

Vous croyez que l'on ne s'est fait que du farniente et des siestes sur la plage dans cette partie de l'Albanie. Nan nan. Bon on voulait faire une petite rando dans les montagnes de Vlora mais nous avions oublié les raquettes... Zut ! Nous nous sommes rabattus vers le bunker sous-marin (pré-cité plus haut), un fort triangulaire d'Ali-Pacha(*) et les vestiges d'un passé florissant (romain et moyenâgeux) sur la presqu'ile de Butrint. La culture, on y pense de temps en temps un petit peu aussi ! 😉

Ali Pacha est passé par là !

(*) Ali Pacha : un grand homme qui oeuvra pour son pays fin 18ème - début 19ème et dont il reste de très nombreux vestiges dans le pays. Son aura et sa diplomatie dépassa largement les frontières du pays. Quand il reste une construction ancienne en pierre, forteresse, pont, c'est forcément Ali Pacha qui l'a fait construire !

Vers un monastère sur une micro ile
Monastère dans la baie de Vlora 

................

Et là, nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Monténégro, étape précédente : Pause Covid et Améliorations, sinon la suite de l'Albanie c'est juste un peu plus bas 😉

KM
7082

Après la descente de la côte et avoir quasiment touché la frontière grecque, nous voilà repartis Est Nord-Est vers la Macédoine. A l'origine, nous avions prévu d'aller chatouiller les dieux grecs, mais Asclépios le dieu de la médecine est en vacances. Du coup, on vous le donne en mille c'est dieu Covid qui fait sa loi là-bas. Tout est fermé. Tant pis, mais fais ch*😦

Donc dans le sud-est de l'Albanie qu'est ce qu'on trouve ? Rien à voir avec le nord, pas de maisons au toit plat avec leur ballon d'eau bleu, pas de Mercedes, mais plutôt de la ruralité et des vieux villages avec une architecture bien prononcée. Deux points communs : des familles particulièrement accueillantes et de la bonne bouffe ! On va pas faire la gueule hein ?

Ville de Bérat

Ville classée par l'Unesco, une village fortifié en haut et en dessous le vieux village. Superbe. Son surnom : la ville aux 1000 fenêtres (on vous laisse compter si vous voulez, nous, nous sommes feignants et on veut bien croire ceux qui n'ont rien d'autre à faire). Le local qui tend le pouce sur la photo ne fait pas du stop mais il s'est improvisé gentiment guide éphémère. Quant au postier, c'est bien moi. A la poste, une casquette en vitrine... fallait bien faire rire un peu les 2 fonctionnaires qui s'emmerdaient royalement derrière leurs bureaux !

Bérat l'originale 

Manger à Berat... Slurp, Restaurant Onufri à l'entrée de la ville fortifiée, tenu par une famille adorable, quelques couverts seulement, comme à la maison !

Restaurant Onufri 

Toujours à Berat, "Chez Lili". Là nous sommes tombés sur du summum de l'accueil et de la cuisine, un personnage haut en couleur, lui au service et elle en cuisine. Ce fut notre meilleur restau de l'Albanie. pas d'intérieur et minuscule terrasse (résa obligatoire), des plats simples, locaux mais parfumés à souhait.

Chez Lili, trop bon trop fort ! 

Gjirokaster

Là encore de la patte d'Unesco ! Une ville rigolote dont il est facile de passer à côté, si l'on s'arrête à ce que l'on tend à nous montrer (un quartier très joli aux ruelles et maisons ottomanes rénovées avec les fonds de l'Unesco probablement). Construite sur le flanc d'une montagne, il faut avoir de bonnes jambes d'autant plus que des "petits canyons" la parsème. Nous avons dépassé la "zone touristique" et sommes montés dans les hauts quartiers, notamment ceux au-dessus du château.

Dans la ville ou en lisière de la ville haute  

Pas de boutiques dans ces coins, un bar restau par-ci, une alimentation par là... (cf photo ci-dessous) et de la vraie vie, de la maison authentique, en ruine ou en ruine mais habitée ou en cours de rénovation.

ceci est bien une alimentation !  

Et c'est par là que nous avons rencontré une belle famille, qui à l'approche de la soixantaine et après avoir fait de nombreux métiers, à décider de reprendre un petit bar-restaurant de quartier. Ce sera sans doute leur dernier job car de toute façon ici, en général tu travailles jusqu'à tu ne puisses plus.

"Restaurant Taverna Tradicional" à quelques encablures du château  

Les locaux viennent y pousser la chansonnette à grand coup de raki

Vu que nos relations sont très familiales avec les parents et les enfants, nous y plantons notre camp de base, attendant de sucroît une fenêtre météo plus clémente pour rejoindre notre prochaine étape très nature. Avoir le temps de voyager c'est aussi ça ! Laloute en profite pour apprendre la cuisine albanaise, notamment le beurek (pâte, oeufs, menthe, oignons, épinards frais, huile d'olive, fromage), pendant que quelques habitués viennent quotidiennement pousser la chansonnette locale, à grands coups de raki bien sûr.

Laloutre et maman Coucou aux beureks !  

Avec un peu d'insistance, nous arrivons à convaincre maman coucou de laisser partir son fils 2 jours une nuit. C'est lui qui assure le service au bar-restau et il n'a pas pris de "vacances" depuis... jamais, 7/7 bien sûr. 48h, il a un immense sourire et c'est dans Cargol que nous nous rendons à 70 km de là dans un lieu paradisiaque, les sources d'eaux chaude de Permët.

Au petit matin 

Allez zou dans la flotte à 28°, extérieur à 6-7°.

Les deux franjins et sa copine, une sortie échappatoire pour eux dans leur monde difficile  

Une petite sortie moto musclée dans les montagnes au passage... Jolies vues, joli canyon et un repas où... "Vous voulez manger quoi ? Poulet Salade ça vous va ?" ben en clair, cela veut dire un gros saladier de salade composée et un poulet entier, bon appétit ! Nous sommes loin des standards europééns, avec les boissons un peu moins de 15 euros, presque un peu cher pour le pays 😉

Tranquilou !
Et vlan le poulet saladier à midi, dur de repartir
là, ca parait pas mais y'a difficulté avec notamment la pente !
Sortie moto et petit repas local ! 

et un finish à la ville de Korcë (au passage Cargol y fait ses 100 000 km) avant de passer la frontière pour la macédoine... Belle rencontre encore sur Korcë : garé sur une placette isolée en centre ville, nous faisons face à une boulangerie au feu de bois. Quant on dit boulangerie, ne cherchez pas d'enseigne ou de comptoir de vente à l'intérieur. Le four à bois servait aussi d'ailleurs à faire cuire d'autres préparations pour des restaurants sans doute. Le matin, la dame viendra taper à notre carreau pour nous offrir Beurek et pains... juste parce que nous étions français.

Korcë, cathédrale et boulangerie authentique  

C'est sur cette belle note et tout ces beaux souvenirs que nous quittons avec beaucoup de regret l'Albanie après y avoir passé 6 semaines... Foncez dans ce pays sans hésitations ! ! !

Dernier bivouac avec les pécheurs locaux sur le lac de Prespa 

Envie de rigoler ? Laisse-nous un petit commentaire sympa sur cette étape (bouton "Commenter cette étape" un chouia plus bas) et tu recevras une photo pas triste 😛 par mail ou whatsapp si nous avons ton numéro !

................

Et là nous sommes où au moment ou tu lis ces lignes ? Par ici !

Pays précédent : Monténégro, étape précédente : Pause Covid et Améliorations, Prochaine étape : République de Macédoine du Nord en cours d'écriture